Ce que c’est que l’Hijama

La Hijama selon la Sunna



La Hijama/ventousothérapie nous a été transmise par le peuple Chinois il y a plus de 4500 ans et par les Egyptiens du temps des pharaons il y a environ 3500 ans. Il a été retrouvé dans les papyrus d’Ebers la pratique ce cette médecine millaire. (Curtis,2005).

Cette pratique était très connue et répandue, on dit même que c’est la plus vieille médecine au monde.Les arabes la pratiquaient avant la venue du Prophète Mohamed paix et salut sur lui. Mais après la révélation la hijama a été codifiée et elle est devenu une sunna. Donc c’est une tradition prophétique.

Le Prophète paix et salut sur lui, a dit :  « Allah a fait les maladies. Il a accordé à chaque maladie un remède, ne vous soignez pas par ce qui est illicite. » [ Rapporté par Abou Daoud ]

Anas Ibn Malek (radiou Allah ‘anou) rapporta qu’Abou Tayba pratiqua une hijama au Messager d’Allah صلى الله عليه وسلم (hadith Boukhari 1004).

Le messager d’Allah صلى الله عليه وسلم dit :« Les meilleurs traitements de maladies que vous pouvez utiliser sont les verres a ventouses et l’encens indien » (Hadith Boukhari 1967).

Il est rapporté de Anas (qu’Allah soit satisfait de lui) que le prophète (prières et salutations d’Allah sur lui) a dit:« La meilleure des choses par lesquelles vous vous traitez est la hijama et le costus marin ». Rapporté par Boukhari (Al fath 150/10) et Muslim (n°1577).

Il est aussi rapporté de Ibn Abbas (qu’Allah soit satisfait de lui) que le prophète (prières et salutations d’Allah sur lui) a dit:

« La nuit du voyage nocturne, aucun groupe d’anges ne m’a approché sans qu’ils m’aient tous dit: il t’incombe ô Muhammed de recourir à la hijama »

et dans une version de Anas (qu’Allah soit satisfait de lui):« Ordonne à ta communauté la pratique de la hijama ».

Hadith authentique rapporté par Ibn Majah (n°3477-3479), cité dans as-sahiha (n°2263) de cheikh Al Albani.

Cheikh Abou abdulbari abdulhamid al ‘arabi dit:« Ce hadith est l’une des preuves les plus grandioses sur le fait que la hijama est un remède divin. Elle renferme, à ce jour, des bienfaits qui échappent encore aux spécialistes de la médecine ». Voir son ouvrage « Iblagh al fahama bi fawaidil hijama ».

On peut aussi citer ici la parole de l’imam Ibn Qayim :« Sa médecine n’est pas semblable à la médecine pratiquée par les médecins.En effet, la médecine du prophète(prières et salutations d’Allah sur lui) est une médecine certaine, divine, issue de la révélation, fruit de la prophétie et d’une raison parfaite.

Tandis que la médecine des autres(que lui) n’est que présomption, supposition et expérimentation ». Zad al ma’ad (36/4).

Anas ibn Mâlik, interrogé au sujet du salaire des ventouses, répondit :« L’Envoyé d’Allah se fit mettre des ventouses par ‘Abû Tayba et lui donna (pour salaire) deux sâ’ de nourriture, ordonna à ses maîtres de diminuer la redevance qu’ils exigeaient de lui et dit : « Le remède le plus approprié, c’est l’application des ventouses, ou c’est votre meilleur remède ».  Numéro du Hadith dans le Sahîh de Muslim [Arabe uniquement]: 2952

Il est important de ne pas oublis que le croyant s’en remet à Dieu et que la guérison se fait que par la volonté de Dieu, comme il nous ait dit dans le Coran :« … et quand je suis malade, c’est Lui qui me guérit. » Sourate 26  – Verset 80

Pour que la hijama soit une sunna (tradition Prophétique) il faut :

  • Pratiquer la hijama humide, c’est celle qui a été effectué par le prophète Mohamed paix et salut sur lui.
  • Placer sa confiance en Allah (en Dieu)

“ Gloire et Pureté à Lui! Quand Il décide d’une chose, Il dit seulement : « Sois!  » et elle est.” Sourate 19 Verset 35

  • Etre à jeun

 « La hijama à jeun est meilleure, et elle augmente la raison, la mémoire et facilite l’apprentissage » (sahih sounan ibn Maja)

  • Choisir des jours conseillés dans les hadiths

En effet Anas – qu’Allah l’agréé – a dit :« LE MESSAGER D’ALLAH ﷺ SE PRATIQUAIT LA HIJAMA SUR LES VEINES JUGULAIRES ET LA SEPTIÈME VERTÈBRE. ET IL LA FAISAIT LE 17, LE 19 OU LE 21ÈME JOUR DU MOIS. » Rapporté par ibn Maaja dans son Sounan (hadith n°3483), par Tirmidhi dans son Sounnan (2052) et dans Chamaail (357), par Ahmad (3/119) et par Abou Dawoud (3860). Authentifié de Sahih par Shaykh al Albani dans Silsilatou Sahiiha (908).

Et dans Sounnan de Abou Dawoud, le hadith de Abou Houraira qui rapporta que le Prophète a dit :« CELUI QUI FAIT HIJAMA LE 17, LE 19 OU LE 21 ; ELLE SERA POUR LUI UNE GUÉRISON CONTRE TOUT MALADIE. » Authentifié de sahih par Shaykh al Albani dans sahih sounnan Abi Daoud (2/732).

  • Faire la hijama en cas de nécessité est l’avis le plus courant. Selon Shaykh Al-Albani (rahimo Allah)

Le principe de « hijama préventive » en tant que Sunna, sans qu’un besoin de santé ne s’y rapporte ne semble pas être l’avis le plus juste.Cette notion de « hijama préventive » a tout de même était reprise par d’autres savants dont l’imam Ibn Al-Qayyim qui cite Ibn Sinâ, qui dit :« Le fait de restreindre la pratique de la hijama à certains moments est uniquement le fait de la hijama destinée à prévenir un mal ou à préserver la santé. Quant à la hijama destinée à soigner un mal, quel que soit le moment où le besoin se présente, son recours devient nécessaire. »

  • Effectuer tant bien que possible un ou des points fait par le prophète paix et salut sur lui (comme le Khahil, ou Dhar el Kadam ou el Hamah par exemple) mais en fonction du ou des maux à traiter.